Histoire

Le Nègre marron, figure de la résistance

today25 août 2020 1079 2

Background
share close

Face à la brutalité et à la déshumanisation du système esclavagiste à Saint-Domingue, les esclaves prenaient souvent la fuite. Un esclave qui fuit la propriété de son maître était un nègre marron.

Le fugitif se cache souvent dans des lieux inaccessibles pour survivre ou organiser la résistance.

Phénomène très répandu en Amérique et dans les Antilles, les marrons parvenaient parfois à se regrouper en de véritables communautés clandestines.

Selon le Code noir, le marronnage est puni par la mutilation puis par la mort à la troisième récidive.

Les annonces de fuite publiées dans dans les journaux de la colonie présentaient l’esclave comme un simple objet perdu ou un animal égaré.

Les maîtres pouvaient aussi engager des chasseurs d’esclaves qui ramenaient alors au maître une oreille et une main du fugitif après l’avoir exécuté. Et quand on attrapait un marron vivant, on lui coupait le tendon d’Achille afin qu’il ne puisse plus courir. D’autres punitions pouvaient être infligées comme par exemple le marquage de la fleur de lys à l’épaule.

Emprunté à l’espagnol, le terme « marron » qualifiait le retour d’animaux domestiques à l’état sauvage. À partir de 1540, ce mot va désigner les esclaves fugitifs. 

L’un des plus célèbres marrons de l’histoire est François Mackandal, précurseur de la révolution de Saint-Domingue.

Face à la brutalité et à la déshumanisation du système esclavagiste, le « marronnage » était une forme de résistance pratiquée par des hommes et des femmes qui préférait la clandestinité à la soumission.

En 1967 le sculpteur Albert Mangonès réalise une sculpture en bronze baptisée « Marron Inconnu » en hommage à ces martyres de la liberté.

Cette œuvre mondialement connue trône encore aujourd’hui au Champ de Mars à Port-au-Prince.

Écrit par Haïti Inter

Noter

Article précédent

Arts visuels

Frankétienne, l’art dans tous ses états

https://www.youtube.com/watch?v=xKfHNAru5jU&t=26s On ne présente plus Frankétienne, le grand écrivain haïtien, auteur du premier roman en créole haïtien “Dezafi”, paru en 1975. Avec Jean-Claude Fignolé et René Philoctète, il est l'initiateur du « spiralisme », une théorie sur l’art qui vise à “saisir la réalité toujours en mouvement et traduire les palpitations du monde moderne.” Sa pièce de théâtre Pèlen Tèt jouée en pleine dictature des Duvalier a connu un succès […]

today25 août 2020 715 1 2

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%