Histoire

Les Cacos, ces paysans résistants

today20 janvier 2021 671 2 5

Background
share close

Durant l’occupation américaine d’Haïti de 1915, un groupe de paysans armés mènent la résistance. On les surnomme les “cacos”. Qui sont-ils?

Après la révolution haïtienne, un groupe d’hommes armés composés d’anciens esclaves prennent le contrôle de certaines régions montagneuses. On les surnomme les “Tacos” en référence à l’oiseau Tacco d’hispaniola. Ils avaient l’habitude de se cacher, comme l’oiseau, sous les feuilles afin de surprendre et attaquer l’ennemi.

Avec le temps, le surnom “Tacos” devient “Cacos”.

Selon Leslie Manigat, les Cacos sont « des paysans que l’enrôlement périodique dans les armées révolutionnaires a politisé à sa façon. Braves, hirsutes et terribles, ils sont parfois réputés des “ sans mamans ”. Pilleurs à l’occasion, mais le plus souvent soldats au service d’une cause, ils inspiraient de la frayeur aux élites possédantes de Port-au-Prince qui associaient leur image à celle de la “ terreur caco ”. Les Américains les appelleront des “ bandits ”. Pour l’histoire haïtienne, ce sont eux qui vont pratiquement monopoliser la résistance armée consciente et délibérée à l’Occupation nord-américaine.

Effectivement, pendant l’occupation américaine, ce sont eux qui vont maintenir la rébellion dans les régions montagneuses du nord avec à leur tête Charlemagne Peralte.

Ces paysans armés n’hésitent pas à attaquer la capitale haïtienne occupée par les Américains. Armés de vieux fusils et de machettes, les Cacos opposent tellement de résistance que les États-Unis sont obligés d’utiliser leur aviation pour contrôler le territoire et mater la guérilla.

Mais ils finissent par être neutralisés. Certains seront exécutés et d’autres emprisonnés.

Charlemagne Péralte est arrêté et exécuté le 31 octobre 1919. Benoît Batraville qui lui succédera sera aussi exécuté par les Américains.

“Par leur bravoure, leur ténacité et leur dévouement indomptable à la cause de la libération du pays, les cacos ont représenté sous l’occupation,“ l’expression la plus héroïque et la plus achevée de la conscience nationale.”

Écrit par Haïti Inter

Noter

Article précédent

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%