Société

Macaya, une pratique de purification chez les vaudouisants

today9 janvier 2022 1184 2 7 4

Background
share close

Quand on parle de Macaya, la plupart des gens pensent d’abord au parc national haïtien situé dans le département du sud. Macaya est aussi le nom d’un chef militaire révolutionnaire haïtien. Il est arrêté et brûlé vif le 23 décembre 1789.

Mais Macaya est surtout et avant tout l’une des plus importantes fêtes du vaudou haïtien. Cette fête a lieu à la fin du mois de décembre et prendrait ses racines sur le continent africain puisque le nom “Macaya” signifie feuille en kikongo.

Macaya est une manifestation qui symbolise la victoire de la lumière sur les ténèbres. Dans le vaudou haitien, on parle de bain “Simbi Macaya”. En effet, le 21 décembre, date du solstice d’hiver, les journées deviennent plus longues que les nuits. À partir de la période de macaya la nature se met lentement en action pour renaître au printemps.

Pour imiter l’action du soleil qui se régénère, les vaudouïsants réalisent, entre le 21 novembre et le 25 décembre, une véritable introspection. Ils nettoient et purifient leur corps, leur esprit, leurs habitations et renforcent leur relation avec les ancêtres protecteurs.

Afin de réaliser ces purifications, la tradition veut que les croyants se rendent aux bois sacrés afin de ramasser les écorces, les plantes, et les feuilles qui seront les ingrédients pour les bains de purification.

Dans l’arc caribéen, on retrouve des pratiques similaires. Par exemple en Guadeloupe et à la Martinique on retrouve le principe de bain purificateur appelé « bain fèy » ou « bain démaré ».

Selon la tradition, les grands principes de Macaya bien pratiqués permettraient à chaque vaudouïsant de restaurer ses énergies, de s’élever et de démarrer l’année suivante sous les meilleurs auspices avec toutes les protections nécessaires.

Écrit par Jessica Vaubien

Noter

Article précédent

Arts visuels

Wilson Bigaud, un géant de l’art naïf

Fils d’agriculteur, Wilson Bigaud naît à Port-au-Prince le 29 janvier 1931. Il est l’un des plus authentiques représentants de l'art naïf pictural haïtien. Wilson Bigaud, qui a d’abord commencé sa carrière comme sculpteur, a étudié la peinture sous la direction d’Hector Hyppolite. Il fait partie de la première génération de peintres haïtiens à intégrer le Centre d’Art de Port-au-Prince dans les années 40. Le chef-d'œuvre de Bigaud reste la fresque […]

today8 janvier 2022 414 3

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

  1. Jules Emmanuel Bellerice on 11 janvier 2022

    Toutes mes felicitations pour ce partage instructif et informatif du point de vue socioculturel.

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%