Au pipirite chantant de Jean Métellus (extrait)

par le 19 avril 2020

Au pipirite chantant de Jean Métellus (extrait) | Lu par GF

Au pipirite chantant le paysan haïtien a foulé le seuil du jour et dessine dans l’air, sur les pas du soleil, une image d’homme en croix étreignant la vie

Puis bénissant la terre du vent pur de ses vœux, après avoir salué l’azur trempé de lumière, il arrose d’oraison la montagne oubliée, sans faveurs, sans engrais

Au pipirite chantant pèse la menace d’un retour des larmes

Au pipirite chantant les heures sont suspendues aux lèvres des plantations

Si revient hier que ferons-nous ?

Et le paysan haïtien enjambe chaque matin la langue de l’aurore pour tuer le venin de ses nuits et rompre les épines de ses cauchemars

Et dans le souffle du jour tous les loas sont nommés

Au pipirite chantant le paysan haïtien, debout, aspire la clarté, le parfum des racines, la flèche des palmiers, la frondaison de l’aube

Il déboute la misère de tous les pores de son corps et plonge dans la glèbe ses doigts magiques

Le paysan haïtien sait se lever le matin pour aller ensevelir un songe, un souhait

Sur des terrasses vêtues de pourpre il est happé par la vie, par les yeux des caféiers, par la chevelure du maïs se nourrissant des feux du ciel

Le paysan haïtien au pipirite chantant lève le talon contre la nuit et va conter à la terre ses misères dans l’animation d’une chandelle

Et son oreille croit plus à la patience des végétaux qu’au vertige du geste, à l’insurrection des herbages plutôt qu’aux prodiges du sermonnaire
Car il méprise la mémoire et fabrique des projets

Il révoque le passé tressé par les fléaux et les fumées

Et dès le point du jour il conte sa gloire sur les galeries fraîches des jeunes pousses

A la barbe des dieux, un baume infatigable enchante les feuillages, murmure dans les ruisseaux, s’enracine dans le sol, babille dans
les basse-cours, rugit dans l’océan, épie les hommes et azure l’horizon

Et le paysan accuse destin baigné de nuit, journées sans arôme, sommeil lavé de larmes et vie aux fibres brisées

Au pipirite chantant dans l’eau pure de la source, le paysan se rase, rafraîchit ses jours et attend la caresse du soleil

Au pipirite chantant ce prince d’avant-jour s’habille d’innocence, agrippe les sentiers et bénit l’existence

Et le sursaut de ses efforts exalte les vergers repus de germes, d’épis, de sueurs humaines (…)


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas divulguée. Les champs marqués par un * sont obligatoires.



Plus d'articles

Articles suivants

Minis Azaka


Thumbnail

Le direct!

Culture, musique et tradition.

Vous écoutez

Title

Artist

Background