Poésie

Aux Haïtiens

today10 avril 2021 9 1

Background
share close

Frères, nous avons tous brisé le joug infâme
Qui trop longtemps courba nos fronts ;
Jaunes et Noirs, brûlant d’une héroïque flamme,
Nous avons vengé nos affronts ;

Et le Dieu juste et fort couronnant notre audace,
Noir ou Jaune, à l’égal du Blanc,
A pu se dite enfin : « J’ai créé pour ma race
Une patrie avec mon sang. »

Oh ! pour nous tous alors quels beaux jours ! A nos braves
La vieille Europe applaudissait ;
Et ce peuple oppresseur de millions d’esclaves,
Au bruit de leurs fers frémissait.

« Bravo ! disaient Granville, Wilberforce, Grégoire,
Et tant de généreux amis !
« Bravo ! Mais voulez-vous compléter votre gloire ?
Noirs et Jaunes, soyez unis.

Votre tâche est immense ; hélas, combien de frères
Qu’opprime encore l’iniquité !
Eh bien vous sécherez tant de larmes amères,
En honorant la liberté.

« Oui ne l’oubliez pas, amis ; votre vaillance
Vous a faits à moitié vainqueurs ;
Désormais vos vertus et votre intelligence
Combattront mieux vos oppresseurs. »

Pourtant jusqu’à ce jour la Discorde implacable
T’agite encor, beau pays ;
Et ton sol enchanté, Pactole inépuisable,
S’abreuve du sang de tes fils.

Que n’ai-je en ce moment, ô mon île chérie,
La sainte éloquence du cœur !
Tous bientôt, désarmés au seul nom de patrie
Gémiraient d’une telle erreur.

Quoi ! divisés lorsque, tout près de votre plage,
Mulâtres et Noirs sont proscrits !
Quand cette République, appui de l’esclavage,
Rêve, avide, à vos champs fleuris !

Haines, dissensions, et ce vautour rapace
Dans votre ciel planant déjà
Pour mieux perpétuer les maux de votre race,
S’apprête à fondre sur Cuba !

Oh ! par tous ces guerriers qui, pères magnanimes,
Ont tant souffert pour leurs enfants ;
Par tant de sang versé, tant de nobles victimes,
Haïtiens, serrez vos rangs !

Anathème éternel à la guerre intestine,
Fléau de toute nation :
Des Hongrois désunis, l’éclatante ruine
Assez haut vous crie : Union !

Union ! mot bien vieux, frères, mais mot sublime ;
Ah ! qu’il pénètre chaque cœur !
Dieu même nous le dit, Dieu qui, dans l’homme, estime
L’âme seule et non la couleur.

(Pierre Faubert, 1856)

Écrit par Haïti Inter

Noter

Article précédent

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%