Littérature

Le créole de Constantin Mayard (1882-1940)

today10 août 2019 678 2 5

Background
share close

Le créole

Patois où notre peuple eutrapélise et rit
Ainsi qu’un farfadet dans la clarté latine.

Créole nonchalant ou vif, tel un cabri,
Créole à l’air dansant d’une ronde enfantine,

Sensuel comme un nid aux printemps aromaux,
Émouvant comme un chant de cloches à matines,

Tu portes plus de sons, plus de cris que de mots
Dans l’élan paresseux de tes voix argentines.

Si c’est à te parler qu’un sourire sans fin
Aux lèvres comme aux yeux de nos femmes lutine,

N’est-ce pas pour avoir, sous notre ciel divin,
En créole exprimé son enfance mutine,

Qu’Elvire sut donner l’éveil aux Séraphins
Qui dormaient dans le cœur profond de Lamartine.

Constantin Mayard (1882-1940)

Écrit par Haïti Inter

Noter

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%