Femme d'exception

Portrait de Sanité Belair

today31 août 2019 634 2 1

Background
share close

Dans l’histoire d’Haïti, il est coutume de célébrer les exploits des héros de l’indépendance : Boukman, Makandal, Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines mais qu’en est-il des héroïnes ? Pourtant l’histoire de la révolte des esclaves s’est faite avec la participation de beaucoup de femmes qui se sont battues comme officiers dans l’armée pour l’indépendance d’Haïti. Si l’écolier haïtien a appris dès l’école primaire l’histoire de Catherine Flon, la mère du drapeau, le courage de Claire Heureuse auprès des blessés et affamés pendant le siège de Jacmel en 1800, mais que sait-il de Sanité Belair?

Suzanne Sanité Belair née à Verrettes en 1781 était officier dans l’armée de Toussaint Louverture. Sergent devenue lieutenant elle a combattu aux côtés de son mari Charles Belair contre les troupes françaises de l’expédition venues rétablir l’esclavage à Saint-Domingue. 

C’est en 1802, lors d’une prise d’armes de Charles Belair dans les hauteurs de l’Artibonite plus précisément à Matheux que Sanité Belair se révélera être une guerrière hors pair. Par son courage et son engagement, elle est considérée comme l’âme même de la conjuration. 

Elle sera capturée en 1802 lors d’une attaque surprise en l’absence d’une partie des troupes de son mari, partie se ravitailler en munition. Pensant la sauver, Charles Belair se rendit à l’ennemi mais les deux époux seront condamnés à mort. Parce que femme, elle sera condamnée à mourir par décapitation contrairement à son mari. Décidée à mourir en soldate, elle a refusé de se laisser bander les yeux, se débattant à un point tel que son bourreau n’arrive pas à la courber contre le billot. Elle sera donc fusillée le 5 octobre 1802. C’était là son souhait, mourir debout en soldat!

l’État haïtien lui a finalement rendu hommage en faisant imprimer le billet de 10 gourdes à son effigie.

Écrit par Tcheïta Vital

Noter

Article précédent

Portrait

Gérald Bloncourt a mal au monde

(Gérald Bloncourt est décédé en 2018, nous l'avions rencontré à Paris chez lui en 2011) Né en Haïti de parents français en 1926, Gérald Bloncourt est chassé de l’île en 1948 pour ses actions politiques contre la dictature, il atterrit à Paris où il se reconvertit très vite à la photographie. "Jai mal au monde", poème de G. Bloncourt, lu par l'auteur. « J'ai pris parti, je ne suis pas un […]

today10 août 2019 37

Commentaires (2)

  1. Ma Schney on 22 janvier 2021

    Bonjour,
    L’image de fond de l’article, est-ce un tableau, une gravure? Si oui, pouvez-vous m’indiquer la date de création?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%