Fabrique littéraire

Alcibiade Fleury Battier, poète et patriote

today19 novembre 2021 129 6

Background
share close

Alcibiade Fleury Battier incarne le type parfait du poète patriotique. L’amour de la patrie constitue le thème principal de sa poésie. Pour le poète, la patrie est un tout admirable qu’il faut chérir comme elle est et qu’il faut savoir défendre.

Né à Port-au-Prince le 8 juillet 1841, Alcibiade Fleury Battier reçoit ses premières instructions de son père qui était alors professeur au lycée Pétion. Il avait une grande admiration pour ce père à qui il dédie son premier poème de jeunesse “Bouquet et amour filiale”. Et plus tard, il suit ses traces en devenant lui aussi professeur puis directeur de l’école nationale de Miragoâne.

A côté de son activité d’enseignant, il publie son premier recueil de poèmes : La tournée d’Adieu en 1869. Suivent trois autres recueils: Luména ou la Déesse de la liberté, (1869), Le génie de la Patrie, (1877) et Sous les bambous, (1881).

Et c’est dans la préface de son dernier recueil, Sous les bambous (1881), qu’il théorise sa méthode qui consiste à puiser son inspiration dans les réalités et l’environnement haïtien.

Dans ce texte où il fait preuve d’une grande maturité et d’originalité, il conduit les lecteurs, tantôt sous les gracieux bambous de Pétion-Ville, tantôt sous les frais manguiers de Bizoton ou de Mariani. Parfois il les fait embarquer pour Miragoâne dans un canot couronné de fleure. Il leur parle du Ouanga-négresse, du Colibri etc.

Pourquoi entretenir le monde de ce qu’on ne sait pas? En effet, pourquoi laisser l’orange, la mangue, la sapotille, le corossol, la goyave et la caïmite, pour chanter la pomme, la cerise et la poire qu’on n’a vues que dans les prosaïques bocaux de conserves à l’eau-de-vie” (A. Flery Battier)

En 1883, Alcibiade Fleury Battier est tenté par la politique. Il se porte candidat aux élections législatives mais sa mort prématurée met fin à ses ambitions. Il meurt à l’âge de 42 ans peu de temps avant les élections le 16 mars 1883.

 

Écrit par Guy Ferolus

Noter

Article précédent

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%