Les années folles

Les diables bleus du Cap-Haïtien, un mini jazz au diapason

today22 mars 2021 602 13 5

Background
share close
  • cover play_arrow

    Les diables bleus un mini jazz au diapason Tcheïta

Dans la mode des mini jazz des années 70, Port-au-prince n’avait pas le monopole. Toutes les grandes villes du pays peuplaient de ces formations. Évidemment toutes n’ont pas eu du succès mais dans la ville du Cap-Haïtien, aux côtés des Orchestres comme Septentrional ou le Tropicana, Les Diables Bleus du Cap-Haïtien étaient au diapason.

Au cours des deux années de leur existence éphémère et sous la baguette de Guesly Morisseau qui faisaient chanter l’orgue, ils ont produit trois magnifiques albums : Haïti, Coq la chanté et Consolation. Après la dissolution du groupe, ses autres membres ont poursuivi leur carrière au sein d’autres formations musicales.

Pour ce numéro des Années folles, nous vous proposons une virée dans l’ambiance des Diables Bleus du Cap-Haïtien.

Écrit par Tcheïta Vital

Noter

Article précédent

Le guerrier de l'imaginaire

Le conformisme déguisé

Je me suis réveillé un beau matin et j’ai constaté que le monde avait changé. J’ai eu envie d’accompagner ce changement... Pour accompagner ce changement, il me fallait retourner dans le passé, me voici devenu Dicande sur le chemin du retour. Je suis retourné dans le passé pour beaucoup de raisons, mais la principale, selon moi est la fuite du livre de mon auteur. Lui qui aime tant la liberté, […]

today21 mars 2021 127 2 2

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%