Littérature

Macanda d’Hérard Dumesle (1784-1858)

today8 novembre 2019 1094 1 18 5

Background
share close

Parmi les assistants se lève un orateur :
Il a l’auguste emploi de sacrificateur.
Muni d’un fer sacré, son bras à la victime 
Porte le coup fatal, dans l’ardeur qui l’anime 
Elle meurt… Aussitôt il consulte son flanc… 
Délire prophétique !… holocauste de sang !… 
Vous dévoilez le sort de la noble entreprise 
Qui forme les héros et les immortalise !…

Il parle, et ce langage aimé de nos aïeux,
Ce langage ingénu qui semblait fait pour eux, 
Dont les accents naïfs, peinture de leur âme, 
Prêtant plus d’onction à ce discours de flamme, 
Électrisa les cœurs par un transport nouveau :
« Ce Dieu qui du soleil alluma le flambeau,
Qui soulève les mers et fait gronder l’orage,
Ce Dieu, n’en doutez pas, caché dans un nuage, 
Contemple ce pays, voit des Blancs les forfaits, 
Leur culte engage au crime, et le nôtre aux bienfaits, 
Mais la bonté suprême ordonne la vengeance 
Et guidera vos bras ; forts de son assistance, 
Foulons aux pieds l’idole avide de nos pleurs, 
Puissante Liberté ! viens… parle à tous les cœurs… 

L’Oracle est prononcé. La flamme dévorante 
S’élance en tourbillons vers la voûte éclatante, 
D’où mille diamants de leurs feux étoilés,
Dardent sur ces déserts en leurs ombres voilés 
De leurs pâles rayons la tremblante lumière, 
L’encens fume et, déjà sur une ample litière,
On livre la victime offerte au dieu vengeur,
Et que vient d’accueillir ce dieu libérateur.

Le bûcher consumé n’est plus qu’un tas de cendre. 
Ils consacrent ce bois, leurs chants s’y font entendre.
Ils vont porter leurs pas dans le prochain hameau.
Mais leurs yeux sont frappés d’un prodige nouveau…
Près du bûcher fumant une chouette tombe,
La chute, des pervers annonce l’hécatombe.

L’interprète des dieux explique leurs desseins,
Tout est purifié dans ses pieuses mains.
Chacun des conjurés décoré d’une plume,
Dans ce frêle ornement voit, suivant la coutume,
De ces rites divers que proscrit la raison,
L’amulette sacrée inconnue à Jason,
Que l’Europe adora sous la Loi d’un pontife,
Fanatique rival de l’indigne Calife.

Écrit par Haïti Inter

Noter

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%