Les années folles

Raymond Sicot, un virtuose de la trompette

today22 novembre 2021 504 1 5 1

Background
share close
  • cover play_arrow

    Raymond Cicault et sa trompette Tcheïta

Raymond Sicot est l’aîné de Webert Sicot, le célèbre saxophoniste du cadence rampa. Les deux frères ont à peu près le même parcours. Dans les années 40, ils apprennent la musique sous la direction d’Augustin Brunot dit le manchot des Casernes Dessalines, professeur à la Centrale des arts et métiers. A ce moment-là, ils choisissent tous les deux des instruments à vent : la trompette pour Raymond et le saxophone pour Webert. Ensemble, les deux frères commencent leur carrière avec le Jazz Capois.

Le jeune Webert est exubérant et fait de l’ombre à son grand frère. Pour s’épanouir, Raymond choisit d’évoluer à l’étranger, change l’orthographe de son patronyme et passe près de la moitié de sa vie en dehors d’Haïti.

Il a collaboré avec Louis Lahens, Eddy Volel, Guy Durosier avec qui il enregistre l’album Prestige.

Après des années passées sous d’autres cieux, Raymond Sicot revient en Haïti et récupère son nom. Il meurt en 1978 laissant l’essentielle de son œuvre aux Antilles françaises.

______

Morceaux utilisés

  • Guaracha, Raymond Cicault et ses étoiles
  • En bisquin domi voisine, Raymond Cicault et son orchestre
  • Ti Paulette, Raymond Cicault et son orchestre, voix Emile Volel
  • Par le ciel, Raymond Cicault et son orchestre, voix Emile Volel
  • Moin pa ni chance, Louis Lahens et les Gais troubadours
  • Yasse, Louis Lahens et ses Gais troubadours
  • Tompette Rempa, Raymond Cicault et son orchestre Volcan
  • Yo vle rempa et Compas, Raymond Cicault et son orchestre

Écrit par Tcheïta Vital

Noter

Article précédent

Fabrique littéraire

Alcibiade Fleury Battier, poète et patriote

Alcibiade Fleury Battier incarne le type parfait du poète patriotique. L’amour de la patrie constitue le thème principal de sa poésie. Pour le poète, la patrie est un tout admirable qu’il faut chérir comme elle est et qu’il faut savoir défendre. Né à Port-au-Prince le 8 juillet 1841, Alcibiade Fleury Battier reçoit ses premières instructions de son père qui était alors professeur au lycée Pétion. Il avait une grande admiration […]

today19 novembre 2021 130 6 3

Commentaires (1)

  1. Rodrigue Vital on 24 novembre 2021

    J’apprécie beaucoup cette rubrique sur l’évolution musicale Haitienne. Merci au présentatrice!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Notre application

CONTACTEZ-NOUS

0%